publicité

Nantes - Angers : les deux agglomérations expérimentent des bus hybrides

Des bus équipés d'une nouvelle technologie de propulsion vont circuler dans les rues de Nantes et Angers, avec l'idée de toujours réduire consommation d'énergie et pollution

  • Par Christophe Turgis
  • Publié le 22/01/2013 | 18:08, mis à jour le 19/03/2013 | 17:01
un bus hybride dans sa version nantaise © semitan
© semitan un bus hybride dans sa version nantaise
La communauté urbaine de Nantes s'est associée avec Angers pour expérimenter des bus hybrides. Premier avantage de cette association, faire baisser les prix d'achat chez le constructeur Heuliez. Un bus hybride coûte pour l'instant 30% plus cher. L'économie attendue sur l'énergie serait de 25 à 30%. Ensuite il s'agira de pouvoir mesurer l'intérêt de cette nouvelle technologie en termes de coût d'exploitation, d'avantages et d'inconvénients du point de vue des émissions de gaz à effet de serre par exemple. Ainsi 3 bus rouleront à Nantes et 2 à Angers.

Des véhicules diesel électriques
Les bus hybrides fonctionnent sur la base d'un moteur diesel qui entraîne une génératrice d'électricité. Avec cette électricité on alimente le moteur électrique qui fait avancer le bus et on charge des batteries. Avantage, lorsque le conducteur lève le pied pour ralentir dans une descente, ou lorsqu'il freine pour arrêter le bus dans une station, le moteur électrique retient le véhicule en se transformant en générateur de courant ... qui recharge les batteries ! Durant l'arrêt en station le moteur diesel s'éteint complètement, et se remet en route dès que le conducteur appuie sur l'accélérateur. Au redémarrage, on utilise l'énergie stockée dans la batterie en complément de celle produite par le moteur diesel. L'énergie produite pour s'arrêter et consommée pour redémarrer.

Moins polluants plus confortables
Pour les réseaux de transports publics, l'économie en termes de consommation est un véritable enjeu. Gaz naturel ou gaz-oil ne cessent d'alourdir les dépenses. Il faut donc vérifier que le surcoût de l'achat du véhicule sera compensé par de réelles économie sur la consommation. Tout en réduisant les rejets dans l'atmosphère, de dioxyde de carbone (CO2) jusqu'à 30% et d'oxyde d'azote (NOx) de 50%.

Pour les voyageurs, les avantages se situent du côté du confort sonore, pas de bruit durant les arrêts, moins de bruit en route puisque le moteur ne vrombit plus lors des accélérations. Plus de confort encore, l'absence de boite de vitesse mécanique permet des accélérations et des freinages comparables à ceux des tramways.

Des bus hybrides vraiment propres ?
À Nantes, la Tan utilise depuis plusieurs années des bus fonctionnant au gaz naturel. Avantage, ils ne rejettent aucune "particules fines" préjudiciables à la santé, comme le font tous les moteurs diesel, même respectueux des normes environnementales européennes les plus strictes. Ni avantage ni inconvénient, le gaz rejette du CO2 autant que le diesel.
On peut donc regretter que les constructeurs de bus hybrides n'aient pas fait le choix de réaliser des véhicules consommant du gaz. On aurait ainsi conjugué les avantages du combustible sans rejets de particules fines et la diminution des rejets de CO2.

La fiche technique

C'est un bus articulé de 18 mètres GX 427 assemblé par Heuliez-Iveco à Rorthais dans les Deux-Sèvres

Moteur de traction
- moteur électrique de 160 kw en continu, 265 kw en pointe
- poids : 340 kg
- vitesse de rotation 0 à 2485 tr/mn
- tension de fonctionnement 0 à 600 volts

Production de l'énergie
- moteur diesel Iveco de 5,9 litres, soit 220 kw ou 300 ch, 6 cylindres en ligne placé transversalement à l'arrière du bus

Stockage de l'énergie
- batteries lithium-ion de 11 kw/h placées sur la toiture du bus, l'hybridation donne la priorité aux batteries plutôt qu'au moteur diesel au démarrage

les + lus

les + partagés

publicité

Twitter avec le bon mot clé #greencapital

Un autre mot clé sur Twitter #capitaleverte